Témoignages

Bonjour, C’est grâce à vous si je progresse aujourd’hui et si je vais faire toutes ces formations à distance.

Si je n’étais pas venue chez vous je n’aurais pas eu toutes ces informations et j’ai appris beaucoup de choses avec vous, vous êtes super. Celui qui sort d’une formation chez Interface3.Namur en disant qu’il n’a rien appris, c’est que, soit il savait déjà tout, soit il ne veut rien faire pour progresser.

Moi je vous dis merci, merci à tous. Vous m’avez boosté avec les ouvertures vers d’autres formations. Là aussi, je suis inscrite mais pas sure d’être prise, ni de réussir on verra.
J’ai le moral j’ai envie d’y arrivé et de trouver un boulot.

Merci à vous.
A bientôt.

Véronique L., Formation ``PMTIC Octobre 2013``
Après avoir quitté mon pays, ma vie était un peu dure car je devais me battre pour assurer mon indépendance financière. Je suis très active et aucun obstacle ne m‘arrête, mais hélas, je ne savais pas que je devais obtenir l’équivalence de mon diplôme de secrétaire de direction. C’est  ainsi que j’ai entrepris à Interface3 une formation qualifiante en télécommunication et informatique du 13 octobre 2007 au 15 juillet 08. C’est un domaine dont j’ai rêvé toute ma vie. Grâce à la qualité des formateurs, j’ai pu me remettre sur le marché de l’emploi où je suis maintenant technicienne centralisatrice au sein d’une grande société, Belgacom. Je n’ai pas peur de travailler avec les hommes car j’ai reçu un enseignement de qualité et tous les outils pour pouvoir me mettre au niveau des informaticiens diplômés par une filière classique.
Interface3 a fait plus que le nécessaire pour nous booster et nous convaincre que nous n’étions pas que demandeurs d’emploi, mais avec nos qualités et avec leur gestion, on peut devenir indépendant et décider de sa vie.
Zorha, Formation ``IT-Télécom 2007 - 2008``
Description : En tant que First Line Service Engineer, je me trouve en première ligne pour tout ce qui concerne la résolution de problèmes techniques, mais également de soutien technique lorsqu’un client à besoin d’assistance ou pose une question technique précise que le Customer Care (premier contact chez BICS) ne peut pas prendre en charge. En tant que Mobile Data Engineer, je suis en charge de tout ce qui est : SMS – MMS – ROAMING – Signalisation dans l’univers des Télécoms. Bref, tout ce qui concerne les données qui transitent à travers notre réseau.
Parcours : Je suis entré chez BICS en Septembre 2008 à la suite à d’un stage effectué chez Interface3-Namur en Juin/Juillet 2008. Mon premier emploi était « Customer Care ». J’étais le premier contact avec le client.  Je prenais en charge les appels des clients et je transformais les plaintes de ceux-ci (par mail ou via téléphone) en ticket pour mes collègues du 1st Line qui eux s’occupaient de la partie « Repair ». Ce poste fut pour moi une excellente première étape. Elle m’a permis de me familiariser avec l’univers des Telecom et la communication. Après quelques mois au sein de cette équipe, j’ai voulu tenter ma chance et m’orienter vers un poste un peu plus technique. J’ai donc posé ma candidature pour passer au poste de « 1er Line Mobile Data Engineer »  que j’occupe actuellement depuis le 1er Aout 2009.
Interface3 : en plus des aspects purement techniques, Interface3-Namur m’a surtout apporté une vision différente du monde du travail. Au travers des conseils et des témoignages, les formateurs, mais également Godelieve et Christine, nous ont armés pour affronter ce monde si particulier avec succès. Ils m’ont ouvert les yeux sur bien des aspects que je ne soupçonnais pas. La formation technique apportait en plus quelques cordes à nos arcs.  Toute la force de cette formation est quelle n’est pas uniquement une mise à jour technique mais qu’elle nous prépare efficacement au monde professionnel en nous ouvrant l’esprit et affinant notre comportement.
Difficultés : Avec seulement en poche un diplôme supérieur ainsi qu’un diplôme de technicien PC/Réseau (en cours du soir), je me suis retrouvé un peu désarmé face aux exigences des employeurs. En plus mon approche dans la recherche de travail n’était pas toujours appropriée et au cours des entretiens on me reprochait souvent mon manque d’expérience.  Quelques postes m’ont cependant été proposés mais ils ne correspondaient pas réellement à mes attentes. A cela s’ajoute de grandes difficultés pour comprendre les plans d’aide à l’emploi qui dépendent de tellement de paramètres que le chômeur ne sait plus où donner de la tête.
Lors de mon aventure chez BICS, j’ai également été confronté à d’autres soucis. Le « CDD » est une invention géniale pour les petites entreprises que ne peuvent se permettre d’engager des travailleurs de façon définitive. De plus le système permet de libérer beaucoup de places et de créer beaucoup d’emplois pour les jeunes qui veulent « se lancer ». Le revers de la médaille, c’est que certains employeurs en abusent ; alors les CDD se succèdent sans qu’il se dégage vraiment une possibilité d’avenir. Pour ma part, je me suis battu pour que mon CDD devienne enfin un CDI et ainsi me sentir libéré et pouvoir envisager des perspectives à plus long termes.  Mais tout le monde n’a pas cette chance.
Interface3 : Interface3 m’a apporté les 2 qualités qui me manquaient le plus : L’expérience, au travers d’un stage, mais également grâce aux témoignages et aux longues conversations, mais aussi la confiance en moi.  J’ai pu ainsi faire un travail sur moi-même pour adapter mon profil au monde du travail. J’ai découvert que je négligeais beaucoup de critères que je pensais peu importants et la formation m’a permis de mieux les comprendre et de les travailler.

Quelques conseils utiles aux nouveaux stagiaires :
–    De l’ambition ! Ne surtout pas avoir peur de viser haut, se fixer un objectif un peu « challenge ».
–    Ne pas avoir peur de commencer par une étape que l’on n’apprécie pas forcément. Ma place de « Customer care » ne m’a pas passionné,  mais elle m’a beaucoup apporté et m’a surtout offert la possibilité de viser plus haut.
–    La curiosité : Ne jamais laisser venir l’information, toujours aller la chercher, aller même un peu plus loin. Montrer que l’on veut bien faire notre travail en essayant toujours de  comprendre ce que l’on nous demande.
–    Disponibilité et volontarisme. Se montrer ouvert, disponible, flexible. C’est toujours le meilleur moyen de sortir de la masse et de se faire repérer.
–    Montrer que l’on est indispensable. Faire en sorte de devenir le plus possible irremplaçable.

Thomas, Formation ``IT-Télécom 2007 - 2008``

Mon parcours professionnel est très varié : j’ai suivi des études courtes en commerce – bureautique  ; sans avoir de « grands diplômes » j’ai toujours travaillé. Comme secrétaire dans un service administratif de Santé, ensuite comme indépendante avec mon mari en boulangerie-pâtisserie et puis finalement dans l’informatique qui est un métier passionnant …
Je me souviens d’avoir passé des examens au Forem mais sans y être vraiment préparée. Et au vu des résultats un peu limite, j’ai été recalée. A la suite de l’entretien, on m’a proposé de suivre une formation qualifiante de longue durée …, que j’ai acceptée volontiers à cause de ma passion pour l’informatique.  Après avoir franchi les portes d’Interface 3 Namur, pour y découvrir une équipe qui remue ciel et terre pour nous aider dans tous les domaines et nous remettre sur le marché de l’emploi, je suis maintenant au cœur du service informatique de la Province de Namur où j’occupe un poste d’administratrice réseau.  Même dans un milieu d’hommes, j’ai su trouver mes marques et me faire accepter car j’ai eu un enseignement de qualité et tous les outils pour pouvoir me mettre au niveau des informaticiens diplômés par une filière classique. A force de volonté et de persévérance, on obtient toujours le but qu’on se fixe.

L’équipe IF3 Namur a su nous enseigner, nous motiver, nous convaincre aussi que nous n’étions pas demandeurs d’emploi mais que nous  pouvions nous permettre de proposer nos qualités et nos qualifications personnelles et sortir grandis de cette traversée du désert qu’est souvent la « recherche d’un emploi ». 

Laurence
Ingénieur chimiste dans mon pays d’origine, j’ai voulu m’intégrer dans le monde du travail dès mon arrivée en Belgique.  Après six ans d’intenses recherches, je n’arrivais toujours pas à décrocher un emploi, peut-être comme beaucoup de femmes ayant des enfants en bas âge.
J’ai eu alors l’opportunité ouverte par l’Interface3 Namur de suivre une formation qualifiante, pour les femmes, dans un métier à prépondérance  masculine.
C’est grâce aux cours suivis à l’Interface3 Namur et suite à un stage en entreprise que j’ai été engagée par celle-ci.
La qualité des cours dispensés et ma motivation sont les deux facteurs déterminants qui ont favorisé mon intégration dans le métier.
Luxandra
Je travaille depuis bientôt 4 ans pour une société informatique de Louvain-la-neuve, je suis consultante chez GSK Rixensart.
Mon travail consiste à aider l’utilisateur à tous niveaux, depuis le branchement de l’ordinateur jusqu’à résoudre des problèmes rencontrés dans un programme.
Je suis de formation secrétaire médicale, j’ai voulu réorienter ma carrière, ma vie. Pas si facile étant seule à l’époque avec trois enfants.
Les difficultés que j’ai rencontrées pour trouver une formation étaient d’ordre organisationnel (cours le soir, formations données loin de Namur) et aussi dues à mon âge: d’abord place aux jeunes!! Il y avait aussi la difficulté de trouver une formation complète.
Au bout d’un moment, même avec de la bonne volonté on finit par baisser les bras !
En trouvant Interface3, j’ai réuni la proximité, l’écoute, le soutien, une formation de qualité. J’en ai pour preuve: deux employeurs prêts à m’engager dès la fin de ma formation !
Je ne peux que souhaiter à ceux qui veulent un tremplin, un coup de main sérieux, une revalorisation de soi, et surtout une formation solide, de pouvoir croiser le chemin d’Interface3.
Deborah
Mon parcours est quelque peu atypique. Je  n’avais pas vraiment fait d’études et donc j’ai dû développer des facultés autodidactes et une capacité d’adaptation face à la vie professionnelle. Après quelques petits boulots dans l’Horeca, je me suis orientée rapidement vers le commercial qui ne me demandait pas de diplôme particulier mais me donnait la possibilité de bien gagner ma vie à condition d’être courageuse, d’avoir  envie d’y arriver et d’avoir  le contact facile avec les gens.
Après de beaux parcours dans diverses sociétés en tant que commerciale pour divers produits dont l’informatique, je me suis faite licenciée de ma dernière société qui produisait des protections auditives pour les industries, et ce après 3 ans de bons et loyaux services,… pour restructuration. (en réalité, il s’agissait de  me remplacer par du personnel moins cher et plus jeune ; les fameux plans Activa !)
Ce ne fût pas facile, je n’avais pas encore 40 ans et j’avais compris que pour l’employeur j’étais déjà trop vieille, que les jeunes coutaient moins chers… partout où je me présentais,  c’était la même rengaine !

J’ai donc pris mon courage à deux mains et  j’ai décidé de réorienter ma carrière professionnelle.
Le hasard et la chance m’aidèrent beaucoup dans ma réussite, car lorsque je suis tombée au chômage, personne ne m’a informée de ce qui était possible pour moi dans ma situation … et c’est lorsque j’ai été me réinscrire à l’ONEM comme demandeuse d’emploi, que j’en ai profité pour demander une remise à niveau de mes connaissances.  Une semaine plus tard, j’ai été contactée pour me présenter à une séance d’information chez Interface 3 à Namur. Il s’agissait d’une formation longue et qualifiante en TIC. Il est clair aujourd’hui que si je n’avais pas fait cette formation, je serais toujours reprise comme travailleuse dans l’Horeca  sans qualification particulière.
Je n’avais aucune idée de ce que j’allais découvrir au cours de cette formation, mais au moins, j’allais faire quelque chose de positif au cours de mes journées et ne plus attendre qu’une opportunité d’emploi tombe du ciel. Il est vrai que je ressentais une certaine attirance pour l’informatique, mais quant à être capable d’une pratique professionnelle, c’était autre chose !
J’ai été recalée au test d’Anglais, mais ma motivation était si forte que j’ai quand même été retenue pour la formation.
J’ai donc démarré avec 11 autres candidat(e)s cette folle aventure avec Interface-3 ; c’était un fameux challenge que de réorienter complètement ma vie professionnelle. J’avoue que cela n’a pas suffi à ma réussite, mais c’était le très grand coup de pouce pour redémarrer, et me remettre le pied à l’étrier.  J’ai ensuite entrepris d’autres formations qualifiantes afin d’atteindre l’objectif que je m’étais fixé,  à savoir, obtenir  un nouvel emploi et une nouvelle carrière qui s’ouvre devant moi.

Nathalie
J’ai suivi une formation dans un domaine qui ne me convenait pas, à savoir la boulangerie-pâtisserie, tout simplement parce que j’en parlais lorsque j’étais gamin. En troisième année, j’ai voulu retourner dans l’enseignement général pour me réorienter. Mes parents ont refusé. J’ai donc  continué mes études sans les bâcler puisque j’ai obtenu plusieurs prix. Arrivé en sixième, j’ai été reçu par une conseillère en réorientation qui m’a conseillé d’entreprendre des études en droit, ou en informatique tout en m’avertissant que c’était bouché ! J’ai commencé le droit en assumant seul le financièrement de mes études mais au bout du compte ce choix n’était  pas le bon ! J’ai fait quelques petits boulots jusqu’au jour où quelqu’un m’a parlé d’Interface3.Namur. Il m’est arrivé de devoir cumuler trois jobs sur ma journée pour pouvoir suivre la formation à temps plein.
Dès le début  des cours, j’ai senti que c’était ma voie, et je me suis accroché. C’était chouette, je me suis bien plu et cela m’a fait avancer dans tous les aspects de ma vie. Je me suis senti compétent dans certains domaines et ravis de ne pas passer toute ma vie dans une chaîne de production. Faire enfin une activité qui me plaisait fut pour moi un nouvel élan.
Au bout de 8 mois, j’ai entrepris avec deux autres condisciples un stage à la Coopérative Damnet.  C’était au début 2007 et j’y suis toujours ! Les tâches que je devais accomplir m’ont immédiatement intéressé et dès le début j’ai été capable de gérer les taches « courantes ». Quelques mois de formation en interne en PFI ont complété ma connaissance du métier. Je suis aujourd’hui autonome, compétent, et très fier de mon métier et de l’évolution de ma carrière.
J’ai même vaincu une timidité excessive !  Chaque jour je me lève pour exercer un métier qui me plait et dans lequel je peux être  productif et apprécié de mes collègues, … j’ai pu acheté une maison,  fondé une famille, et… cerise sur le gâteau, je donne pour le moment à mon tour des cours sur les réseaux informatiques aux nouveaux stagiaires.
Kevin

En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer