081 63 34 90
contact@interface3namur.be

Le numérique et les sciences informatiques peinent à attirer les filles

Interface3.NamurRessources Genre-et-TICLe numérique et les sciences informatiques peinent à attirer les filles

Nov

3

Le numérique et les sciences informatiques peinent à attirer les filles

Malgré les actions mises en place par l’Education nationale pour déconstruire les stéréotypes de genre, les filières du numérique et l’ingénierie souffrent toujours d’une importante disparité hommes/femmes. Selon les chiffres dévoilés par le rapport du ministère de l’éducation, il n’y aurait que 18% de filles dans la filière informatique des lycées, et seulement 15.4% dans les sciences de l’ingénieur.

Les raisons de ces écarts sont toujours liées à la casi inexistence de rôles modèles féminins actuels, des stéréotypes véhiculés à l’école, ainsi que de l’influence familiale. Il est important de continuer les actions pour arriver à une mixité dans ces domaines, sans passer par l’impositions des quotas.

Une des solutions mise en place par Syntec-Ingénierie, la fédération professionnelle du secteur, est la mise en place de chartes d’accueil des filles lors des stages en entreprise, déjà signée par 70 entreprises.

Cette charte vise 3 aspects :

  • Attirer les femmes vers ces métiers,
  • Faire en sorte qu’elles s’y installent durablement,
  • Leur permettre d’évoluer vers des postes de direction.

A la fin de celles-ci, nous pouvons trouver ses modalités de mise en œuvre : « Chaque entreprise signataire s’engage tous les ans à mener au moins une action identifiée par engagement, soit au minimum quatre actions par an ». Certaines mesures à mettre en place relèvent du bon sens, et ne sont pourtant pas d’application dans toutes les sphères professionnelles : sensibilisation des recruteurs aux biais sexistes, rémunération équivalente à à compétences égales, gestion des congés parentaux…

L’initiative est bonne, pour autant qu’elle perdure dans le temps. Si c’est le cas, cette charte pourrait se répandre dans davantage d’entreprises française et assurer une place bienveillante dans un cadre respectueux où les femmes pourront s’épanouir professionnellement et ainsi envisager un avenir professionnel stable dans une fonction valorisante.

Chez Interface3.Namur, nous sommes particulièrement attentif·ves aux biais de genre lors de nos recrutements ainsi que dans nos formations. En formant les futur·es actueur·rices du numérique, nous faisons en sorte de les sensibiliser à ces aspects pour qu’ils puissent évoluer sereinement dans leurs futures fonctions.

X